Galaxina

Publié le par Ue-Sama

NDLR : le jeune Pierre 2.0., dit Le Fourbe, nous fait parvenir aujourd'hui une critique d'un nouveau chef d'oeuvre du cinema. On dirait bien qu'en fouillant un peu il a reussi a trouver une daube de niveau au moins egal a Bikini Bloodbath. Peut-etre meme pire... Galaxina

 

 

Galaxina donc. Une sorte de point de repere dans la galaxie des films de SF. Galaxina frise a mon avis le zero absolu. Je n'ai pas pu le regarder jusqu'au bout, j'ai tenu 1h04, puis j'ai arrete le film.

 

 

Galaxina se voudrait un peu comme un Monty Python dans l'espace, sauf que les Monty, eux, etaient droles.


La, souvent, on touche le fond sans compromis.
 
A la base, on a un vaisseau spatial de la police intergalactique, avec marque en gros Police dessus, l'Infinity.
Et a l'interieur, un equipage de noobs et des cretins commandes par un officier obese et chevelu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

Tres vite, on se retrouve dans les effets speciaux de Star Trek 1966, sauf que le film est sorti en 1980. Les monstres, les combats de vaisseaux sont directement du Star Trek 66 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(NDLR : sorti en 1980 mais avec le budget d'une superproduction des annnees 30, non ?) 

 

D'ailleurs, on ne s'en cache pas quand on voit ce genre de personnage sur une planete alien :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(NDLR : Luke Skywalker ?)

 

Globalement, les combats de vaisseaux y vont a l'economie. Les vaisseaux restent parfaitement immobiles et se tirent dessus jusqu'a ce qu'il y en ait un qui craque.

 

(NDLR : c'est normal, a la vitesse ou le prix du carburant risque d'augmenter ils n'auront pas de rab pour faire des manoeuvres. Pour les missiles nucleaires, par contre, ca ira toujours car on aura des dechets a reutiliser)
 
Ensuite, il y a Galaxina. La fameuse Dorothy Stratten, ancienne playmate, assassinee dans la vie reelle par son ex-mari le jour meme de la sortie du film en salle....
On pourrait considerer qu'il s'agit qu'une sorte de double-mort en fait.

 

 

(NDLR : le fusil aussi a comme un air de Phaser a l'ancienne... Mais je doute que qui que ce soir regarde le fusil...)

 

(NDLR : est-ce qu'elle serait une sorte d'ancetre cinematographique de la petite nana de Firefly/Serenity, celle qui a ete optimisee genetiquement pour le kick boxing et la hache de bataille ? Une idee a creuser ?)

 

 

Galaxina passe la premiere heure du film a ne rien faire. C'est un super robot de combat hyper-evolue, mais dans l'espace, ca ne sert pas a grand chose en fait.

 

(NDLR : c'est clair, ca ressemble vachement a Serenity !!)

 

Elle va juste se faire rouler une pelle par l'officier en second et l'electrocuter par la meme occasion ("Putain, ca valait le coup" - "Ca t'apprendra a toucher la mecanique").
Sa premiere replique doit arriver environ vers la 45eme minute : "Je suis chaude". Et la, on se rapproche des films de boule... bon....

 

(NDLR : mais la, plus du tout... Serenity aurait du etre tourne comme ca, en fait...)


Enfin, au bout d'une heure, quand l'infinity s'ecrase sur une planete au bout d'un voyage de 54 ans, enfin, Galaxina se dechaine sur la planete pour trouver je ne sais plus quoi, et des son arrivee dans une ville genre far-west, elle est immediatement capturee et ligotee... Bonjour le super-robot de combat. On n'est bien mal defendu ma p'tite dame....
 
Reste quelques repliques du genre exemplaire :
"Ta gueule, sous produit de colonie terrestre"
"-Petit, tu ne le sais pas, mais tu as une tres mauvaise habitude : tu penses."
Ou alors, lors d'un diner aux chandelles dans le vaisseau, lorsque le capitaine qui a encore faim va vouloir gober un oeuf suspect:
"- Mais enfin capitaine, vous ne savez pas d'ou il vient cet oeuf, de quel trou obscur...
- Allons, si les gens se demandaient toujours d'ou vient leur oeuf, ils n'en goberaient jamais!"
Sur ce, il gobe l'oeuf et un alien lui sort du bide.
 
Globalement, le film se veut une parodie des films de SF. Je dirai qu'a part quelques scenes qui font sourire, il en est bien bien loin. Il a juste l'air d'un film lourd et rate, avec une belle nana playmate pour attirer le chaland. L'intrigue sur les sentiments de Galaxina est totalement secondaire. D'ailleurs, toutes les intrigues du film sont totalement secondaires en fait.


Perso, j'ai tenu 1h04 dans l'attente de Galaxina. Eh bien je suis bien decu. Je n'ai franchement pas pu faire plus, et je n'ai vraiment pas envie de recommencer.


Je pense qu'on pourrait faire faire "Galaxina 2" avec dans le role de Galaxina Carla Bruni. On aurait plus de succes sans doute...

Publié dans Ma cinematheque

Commenter cet article