V for Vendetta

Publié le par Ue-Sama
































"Son nom, il le signe a la pointe de l'epee, d'un V qui veut dire Vendettaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !"

Hmmmm... Comment dire ? Je vais me faire detester car je suis sur qu'il y a un tas de gens qui adorent ce film, et je peux tout a fait voir pourquoi. Il y en a aussi un tas qui le detestent car ils considerent que c'est une adaptation ratee d'une BD qu'ils adorent. OK. La BD, je ne l'a pas lue et n'ai aucune intention de le faire.

Le film, par contre, je l'ai vu. Et je l'ai trouve mortel. Comme dans "la mort par l'ennui"...

En gros : ce film une variante sur le theme de Batman (tel que vu par Frank Miller : un justicier tenebreux dont les methodes sont les memes que celles des mechants qu'il combat... Terrible ambiguite, le gentil est-il encore un gentil...? Ou s'arrrete le justicier et ou commence le psychopathe... Etc. etc.) mais avec une charge politique tres forte et tres primaire et un scenario qui ne tient pas plus de 3-4 secondes. Tout le monde n'est pas Miller, et tout le monde n'est pas Orwell non plus.

























Ca va chier ! Viva la revolucion !! Hasta la victoria aveco mon masco et mi navajas !

Et comme les auteurs etaient trop occupes a nous faire digerer que le personnage est cool et fascinant et ambigu et tenebreux et complexe et... ils ont un peu oublie de travailler sur la cadence du film et on se fait rudement ch...

L'histoire en synthese : dans un futur proche une espece de 3e guerre mondiale a plonge le monde dans la recession et les USA dans la guerre civile. L'Angleterre a vu la prise du pouvoir par un gouvernement catholico-liberalo- fasciste, une sorte de croisement entre le Hitler, Mussolini, Margaret Thatcher et Georges Bush 2.0 L'ordre regne mais les homosexuels, les chauves, les grands, les petits, les gros, les trop maigres, les begues, les communistes, les religieux, les gens qui aiment le theatre et les livres, les acteurs shakespeariens, etc. etc. sont cruellement persecutes. Mais un homme se dresse face au systeme. Il n'a pas d 'autre nom que "V" et d'autre visage qu'une espece de masque de theatre a l'expression enervante. C'est un rescape d'un camp de concentration ou le gouvernement a pratique sur lui des experiences secretes ignobles. Il en est ressorti brule/defigure. Il est tres tres fort. Et cool. Et fascinant. Et mysterieux. Et erudit. Et artistique. Et sensible. Et sexy. Et... Bref. Et il va se venger des autorites et faire la revolution, quite a zigouiller la moitie de la population en route. Toute la chose est que nous decouvrons et suivons V a travers deux personnages, un flic desabuse et une orpheline qui, apres moultes hesitations et un bon lavage de cerveau va se faire son alliee.

Le tout est filme tres tres noir pour rendre un peu l'ambiance de la BD. Le realisateur est un disciple des gars qui ont fait Matrix et ca se voit.

Voila, voila.

Le message politique est ce qui fait grincer des dents a beaucoup de gens : un discours tres anti-Bush et anti-Thatcher (OK, ca date un peu mais on est en Angleterre), cet espece d'hymne a l'anarchisme violent, cette idee que la fin justifie les moyens, qu'il faut une revolution menee par une elite eclairee pour changer les choses, que les gouvernants sont tous des pourris catho fascistes avec des squelettes plein les placards et qu'il suffit d'en egorger 2 ou 3 pour que tout aille mieux, etc.

C'est vrai que ca fait un peu la politique expliquee par un ado de 14 ans en pleine revolte ou par un etudiant en socio qui a trop passe de temps dans des AG. Ca peut faire sourire ou ca peut carrement enerver.

En ce qui me concerne, ce qui me fait dire "beeeeeeeeeeeuuuuuuuurrkkk..." c'est la nullite de Nathalie Portman comme actrice (OK, c'est deja mieux que dans Star Wars ou c'etait vraiment pathetique), le nombrilisme total du film qui cherche surtout a nous impressionner par son cote politico-artistique en oubliant d'etre aussi un bon divertissement et une histoire interessante ...et la masse d'absurdites dans le scenario.

















Oui, c'est vrai, tu m'as kidnappee, sequestree, privee de nourriture, torturee, tabassee, menti, rase la tete... Oui, c''est vrai, mais bon, tu es cool, et etrange, et mysterieux et tu aimes Shakespeare et les fims d'errol Flynn et tout ca donc bon, on s'en fout un peu, c'est OK, on est amis pour toujours...

Rappel : nous sommes dans un futur proche, dans une societe totalitaire a la 1984 et notre hero est un prisonner echappe d'un camp de concentration qui s'habille comme ca :






































Alors comment, mais comment est-ce qu'il fait pour...

...infilter la station de TV gouvernementale en plein jour ?
...en deguiser tous les employes avec des masques et capes comme les siens en quelques minutes ?
...rouvrir les acces au metro condamne depuis 10 ans et remettre celui-ci en movement ?
...vivre dans un grand et bel appartement dans un immeuble cossu en plein centre de Londres sans que personne ne remarque rien ?
...faire croire a la pauvre fille qu'elle vient de passer des semaines en prison de haute securite (la totale, rasage de tete, douches froides, interrogatoires...) alors qu'en fait il la sequestrait dans son arriere-cuisine et qu'il n'y avait que lui pour tout faire ?
...la torturer de x facons et s'en faire quand meme une alliee en la persuadant que c'etait pour son bien ?
...entrer dans l'appartment du chef de la police et en ressortir sans problemes ?
...faire livrer 700 000 ensemble masque & capes a la population anglaise ?

Regarder V c'est se poser ce genre de questions toutes les 5-10 secondes en moyenne. C'est assez fatigant. Le film ne prend jamais la peine de justifier ou d'expliquer quoi que ce soit, de montrer comment V peut accomplir ce qu'il accomplit. Je crois que c'est simplement parce que le scenariste et/ou le realisateur s'en foutent completement. Ils ont un message a matraquer, pour notre bien, evidemment, et le fim sert a ca. Ils pensent sincerement qu'ils nous apportent une sorte d'illumination et helas tout ce qu'il en ressort c'est un discours anar' simpliste et le fort sentiment qu'ils prennent le spectateur pour un goliot complet.

Publié dans Ma cinematheque

Commenter cet article

pierre2.0 04/01/2009 14:33

Alors là, j'abonde à 200% dans votre sens vlaitre.Le film a un fort succès chez les ados auto-proclamés anarcho-gauchistes de 15 ans, et je crois que tout repose sur le culte de la personnalité pour le héros. Pas ce héros en particulier car je trouve ça un peu raté, mais l'idée que la Révolucion, c'est avant tout un grand héros de la Révolucion, et c'est tout. Le reste, les résistants, etc.... trop compliqué.Il faut un grand héros qui incarne l'idéal, même s'il est déguisé en membre d'un club sado-maso du 16ème.Au final, je trouve aussi le film chiant, et sans intérêt.Mais je crois qu'il ne faut même pas tenter d'y chercher quelques réponses : il n'est pas fait pour cela. Comme le Pacte des Loups. Mais là où (je trouve), le Pacte réussit à être pleinement divertissant et rythmé, V réussit à être ennuyeux à la limite de l'énervement.

Ue-Sama 04/01/2009 15:00


Ca alors, Plaitre, mais nous sommes completement d'accord ! Etait-ce jamais arrive ? Commenceriez-vous enfin a voir la lumiere ?

Ce film est vraiment une grosse daube fumante pour nobles pseudo-revolutionnaires de 14 ans, pas a dire. Et a crever d'ennui, en plus. Beurk.