Battlestar Galactica : portraits (9)

Publié le par Ue-Sama

La force de cette serie, clairement, ce sont les personnages.

C'est pour ca que je la compare regulierement a des soap operas modernes a la Desperate Housewives : l'intrigue peut partir un peu dans tous les sens, il y a des episodes ou il ne se passe pas grand chose (c'est rare) mais les interactions entre personnages sont toujours interessantes et font avancer la machine.

Il me paraissait donc essentiel, apres avoir pondu des pages et des pages sur le synopsis et la chronologie, de parler un peu plus en detail de ces fameux personnages. Il y en a un bon nombre, je ne vais pas delirer non plus pendant 10 pages sur Racetrack ou Crashdown, on va essayer de se concentrer sur les principaux, ceux qui sont pour moi l'ame et le moteur de cette serie.


Et en commencant par ceux que j'ai vraiment du mal a blairer...




Laura Roslin


La Présidente des 12 colonies.


Quelle horreur…


Laura incarne assez bien l’ensemble des traits de caractere et des comportements associes au politicien professionnel : elle sait dire des choses tres deplaisantes en gardant le sourire et sans jamais hausser le ton, elle a un plaisir evident a faire l’objet de l’attention des medias (il suffit de voir le nombre de conferences de presse qui rythment la vie publique d’une communaute humaine de …moins de 40 000 personnes  ...en etat de guerre permanente), elle n’hesite pas a sacrifier un partenaire competent s’il reduit ses chances de gagner des elections, elle n’hesite d’ailleurs pas non plus a truquer des elections, elle refuse absolument de toucher une arme mais n’a aucun probleme a envoyer des gens tuer et se faire tuer, le fait de faire croire a la mort de Hera pour la subtiliser a ses parents ne l’empeche pas de dormir, elle donne volontiers sa parole et revient dessus ensuite (voir l’episode ou Leoben decouvre les charmes de la natation dans l’espace), elle sacrifie allegrement Boomer pour cimenter l’alliance avec les Cylons, elle est partante pour interdire le droit a l’avortement pour garder son electorat conservateur  … mais entreprend tout de meme de faire avorter Athena de force parce que la naissance du bebe « l’inquiete »…


Elle a en plus une severe deformation professionnelle qui donne l’impression qu’elle parle a ses interlocuteurs adultes comme s’ils etaient des enfants de 5 ans.


Le seul cote humain que l’on puisse lui trouver est qu’elle semble regretter la mort de Billy, mort pathetique s’il en est (s’il avait été plus souvent en salle de muscu, Appollo ne lui aurait pas tire sa copine…)


Roslin est tres certainement le type de personne que je souhaite ne jamais voir au pouvoir ou que ce soit.


Ceci etant dit, dans une situation comme celle de la flotte coloniale elle est peut-etre un mal necessaire.


Peut-etre.

 


William Adama


Commandant du Galactica, Amiral de la flotte coloniale


Adama est certainement un des personnages centraux de la serie, sinon LE personnage central.

Le seul probleme est que c'est quand meme une brele.

Adama gere toutes les situations auxquelles il est confronte avec une panoplie d’actions assez reduites. Il congedie (dismissed ! …combien de fois on entend cette expression…) les gens qui ont des idees differentes ou qui l’ouvrent trop ou qui l’ennuient, ou sinon il les etrangle ou entreprend de les faire fusiller. C'est un bon militaire  - ce uui est, en un sens, assez rassurant. Ca ne me le rend pas beaucoup plus sympathique mais je prefere ca a l'idee d'avoir un babos comme commandant de la flotte...


Il est vaguement alcoolo (OK, a cote de Tigh c’est un amateur)


Il est ambitieux mais pas brillant (voir le flashback ou il explique a Tigh qu’il commandera un jour un vaisseau grace aux relations de sa future femme…)


Sa maitrise de la strategie est impressionnante, il sait lancer les vipers et ouvrir le feu avec les batteries du Galactica et c’est tout. Quand il faut mettre en place un plan un rien plus evolue, il en confie le soin a  …Starbuck, l’officier le plus jeune, le moins grade et experimente dont il dispose...  On dira que c’est de l’audace.


Plus impressionnante encore est son aptitude à jouer perso, ou plutôt familial. C'est le chhamionnat galactique de nepotisme. Il arrive a ne pas voir l’alcoolisme de son vieux copain Tigh. Il offre des promotions a son fils a intervalles reguliers sans que celui-ci n’accomplisse jamais quoi que ce soit d’exceptionnel (a part le raid sur la raffinerie, OK) alors que personne d’autre ne monte jamais en grade.
Quand il herite du Pegasus, il en confie le commandement a Appollo, qui n’a aucune experience en la matiere alors que le choix logique aurait ici été d’envoyer Tigh, le seul officier experimente dans le commandement d’un grand vaisseau, gnole ou pas.
Quand les cylons debarquent sur New Caprica il se tire a grande vitesse (OK, ensuite il le vit tres mal, c'est vrai...)
Il pardonne gaiement sa mutinerie a Appollo, sans parler de la destruction du Pegasus, mais pour Gaeta c'est le peloton (OK, il l'avait cherche).
Il explique clairement au-dit Appollo, dans l’episode ou tout le monde recherche Starbuck, que, si c’était Appollo qui était porte disparu, la flotte ne repartirait jamais. OK, c’est sympa pour les autres.
Et quand Appollo decide de demissionner (de son poste d’officier superieur du vaisseau, en pleine periode de guerre…), il accepte sans faire de difficultes, alors qu’il refusait de laisser Chef quitter l’armee pour s’installer sur New Caprica avec sa femme.

Zarek pose une fois la question de savoir si la flotte sera un jour dirigee par quelqu’un qui ne s’appelle pas Adama. Bonne question a laquelle la reponse est bien sur « non » tant que Bill sera la.


Je completerais par sa grande capacite de comprehension et d’adaptation. Apres 70 episodes ou elle prouve sa loyaute et sauve la flotte, cette enclume considere toujours Athena comme une chose hostile (voir l’episode ou elle pirate en vol les raiders cylons...) et semble incapable de comprendre qu’elle n’est pas Boomer. OK, il finit par y arriver mais quand meme, un amiral devrait etre un poil plus vif et plus psychologue. Il a aussi beaucoup de mal a gerer la revelation que son vieil ami Tigh est un cylon alors que tres clairement cela ne change rien a rien dans son attitude, son amitie ou son (in)competence.  …Mais meme s’il deteste les machines, il pleure a chaudes larmes en trainant dans les coursives du Galactica quand il realise que le vaisseau, qui est bien plus une machine que n’importe quel cylon, est foutu  - malgre les efforts des cylons pour le reparer…

...Et au final, il refile le titre d'amiral a un parfait inconnu, il envoie Galactica en mission suicide, il charge Roslin dans le dernier Raptor et fiche le camp en lachant tout le monde, son fils compris,  dans la nature. Mission accomplie.

OK, il  a des cotes sympa  - il "oublie" le sabotage de la tentative de genocide par Helo, par exemple, et il monte la faameuse mission suicide pour aller recuperer Hera -  mais a travers toute la serie il donne l'impression d'un type un peu largue face aux evenements et qui est aussi interesse par garantir l'ascension de son fils que par proteger ce qui reste de l'espece humaine.
Pour commander le dernier vaisseau de guerre des 12 colonies on aurait pu esperer mieux…

Tiens, ce qu'il leur fallait, je vais vous le dire, c'est Jean-Luc Picard. Avec Picard, ils n'auraient pas rame pendant 5 ans dans l'espace a se faire tirer dessus par des gars qui ne valent pas la moitie d'un Borg...!

Ou Kirk...

Avec Kirk, toutes les cylones seraient passees dans le camp humain des le 1er episode, ca n'aurait pas traine non plus.

On ne fait plus de bons capitaines.

Publié dans Ma cinematheque

Commenter cet article

Pierre2.0 11/08/2009 14:05

Le côté moralement épuisant vient aussi du fait que rien ne nous a préparé à cela dans les séries récentes. On est généralement en face de gens spéciaux, de héros malgré eux, et même les losers n'en sont pas vraiment. Dans Galactica, les losers sont vraiment losers, et meurent parfois connement.Autre différence et je dirais singularité dans la SF : l'humanité part battue d'avance. Pas de puissante fédération comme dans Star Trek, mais un monde anéanti et des losers condamnés à fuir dans un espoir quasi vain.

Ue-Sama 11/08/2009 14:56


C'est sur que ce n'est pas une serie qui te met a l'Aise, et que tu peux approcher avec la quasi-garantie que malgre quelques galeres en route ca s'arrangera potablement au final !

C'est comme Agricola, c'est ce cote "lutte desesperee" contre la fatalite qui rend les choses excitantes !


Pierre2.0 10/08/2009 18:31

Tout à fait d'accord avec toi sur ces deux premiers persos.Et je trouve que c'est leur côté détestable qui fait le sel de la série. Les humains se retrouvent seuls dans l'espace commandés par des gens visiblement en dessous de la hauteur de la tâche, qui n'étaient pas préparés pour ça (42 ème sur la liste de succession quand même, et l'autre commandant d'un navire à la retraite) et qui gèrent avec leurs défauts.Fini le Adama 1978 vieux sage, on a là un militariste borné qui aurait fait comme l'amiral Kane s'il n'avait pas eu la Présidente en face de lui. Pas de vieux président sympathique mais une folle mystique (tu n'en as point parlé) capable sur ses seules intuitions de détourner des missions de guerre, de mentir à tort et à travers, droguée.Ce sont ces vices qui font la série : on n'est pas dans un monde où l'homme est en quête de spiritualité comme Star Trek (et encore) mais dans une transposition du monde moderne, de ses incompétences et ses enjeux morbides. Les personnages en sont le reflet parfait.

Ue-Sama 11/08/2009 13:35


De ce point de vue-la, la serie est superbement reussie. Tous les personnages sont des gens normaux, qui pourraient etre sur notre bonne vieile Terre dans des situations de pouvoir et de crise
similaires et qui les gereraient comme ils peuvent avec leurs failles et leurs limitations. C'est ce que j'aime bien dans cette serie, decidemment, le cote glauque et humain qui fait qque parfois
c'est moralement epuisant de suivre un episode et de voir tous ces gens se plaanter, se faire mal...

Le cote religieux de Roslin je l'ai un peu escamote car apres avoir vu toute la serie je trouve qu'il disparait un peu.C'etait un theme tres fort pendant toute une periode de la 1e et 2e saison
mais ensuite ca devient tres diffus. Vers la fin ce n'est meme plus present, ce que je regrette assez car c'etait interessant, original et ca permettaait des oppositions interessantes avec Adama et
Baltar. Ils auraient du insister davantage sur ce cote foldingue religieuse.