B-17 Queen of the Skies : la legende !

Publié le par Ue-Sama

Je continue ma démarche de découverte du jeu de plateau en solitaire avec aujourd'hui un grand classique du genre, le légendaire B-17 Queen of the Skies !

 

pic44389 md

On s'y croirait !

 

 

J'ai d'ailleurs eu un peu de mal a en trouver une copie en bon état car l'animal n'est pas tout jeune, ayant été publie par Avalon Hill en 1983 et n'ayant jamais été reedite depuis. "On comprend pourquoi !" dirons les mauvaises langues mais non, le jeu est vraiment très bien …Du moment que l'on comprend bien dans quoi on s'embarque… 

 

Pour dire les choses simplement :

 

1) c'est une simulation, avec pour objectif de donner au joueur une vague idée de ce que cela pouvait être de faire des missions de bombardement sur la France occupee et l'Allemagne dans un B-17. Le but n'est PAS de garantir des chances de victoire, de faire des cadeaux au joueur, d'éviter de l'éliminer autant que possible et de lui faire passer un bon moment

 

2) un équipage de B-17 avait hélas bien peu de contrôle sur la mission : la cible, la place de l'avion dans l'escadrille et la place de l'escadrille dans l'ensemble de la formation étaient déterminées par le commandement et, bien sur, avec un avion aussi massif et la nécessite de profiter des zones de couverture des autres appareils de la force d'attaque, il n'était pas question de faire des manoeuvres acrobatiques et de prendre de grandes initiatives

 

3) les chances pour un équipage de survivre a l'objectif fixe de 25 missions avant d'être renvoyés a l'arrière étaient apparemment de 30%. En plus de la flak et de la chasse allemande, il y avait le bête mauvais temps, les pannes, le vol a très haute altitude qui pouvait causer engelures et malaises graves, etc. 

 

En termes de jeu, voici ce que ça donne :

 

- on choisit des noms pour le B-17 et chaque membre d'équipage. Ceux-ci sont places sur une fiche représentant un diagramme du B-17 (pilote et co-pilote dans le cockpit, radio dans la salle radio, etc.)

 

pic651175 md

Sexy le design !

 

- on détermine au hasard la cible (lieu et type), la place de l'avion (il vaut mieux être au milieu qu'en queue de file) et la place de l'escadrille (il vaut mieux être a haute altitude…)

 

- le pion B-17 est place sur une carte de l'Europe (de l'Atlantique a l'Oural !) divisee en zones de l'ouest (UK) vers l'est (Allemagne)

 

- et c'est parti ! A chaque tour, le B-17 avance d'une zone vers le territoire ennemi et sa cible. Dans les 3 premières zones, il profite d'une escorte (plus ou moins efficace, c'est aléatoire) de la chasse alliée mais des qu'il arrive, en gros, au-delà de Paris le rayon d'action des avions de chasse fait qu'ils ne peuvent plus suivre… Des que le B-17 entre dans une zone, on determine si la chasse ennemie attaque et si oui comment (combien d'avions, de quel type, sous quel angle). L'escorte a une chance de mettre la Luftwaffe en fuite mais si ils passent a travers, il n'y a plus qu'a affecter les différentes mitrailleuses du B-17 aux différentes cibles. Si les Messerchmitt 109 et autres Focke-Wulf survivent au tir défensif, c'est a leur tour de canarder le B-17. Tout ça se gère au d6 et avec de nombreux tableaux (chances de toucher, localisation des degats, effets des degats par localisation… Un très grand nombre d'effets est possible) Les chasseurs qui ont réussi a toucher le B-17 reviennent ensuite pour un 2e et meme peut être un 3e passage… Si le B-17 survit, on passe a la zone suivante…

 

- une fois la zone cible atteinte, il reste a déterminer le temps qu'il fait sur place et les effets de la Flak, en plus , bien sur, de nouvelles vagues de chasseurs… Si le B-17 est toujours en état et a toujours ses bombes, on les largue et on détermine le % de degats infliges a la cible.

 

- et c'est parti pour le vol retour, poursuivi par les chasseurs allemands… Une fois de retour au dessus de l'Angleterre, il reste a atterrir, en espérant que l'avion et l'équipage soient encore en état de le faire sans trop de casse…

 

En gros, comme un équipage de l'époque, le joueur a très peu de choix a faire, c'est vraiment un système ou le jeu se joue un peu tout seul. Pour les connaisseurs de cette daube (comme je déteste ce jeu !), cela rappellera peut être la 2e partie de Galaxy Trucker, celle ou le vaisseau avance en prenant des coups et ou l'on subit les assauts du jeu en espérant finir entier. Les seuls moments ou l'on fait un choix sont celui ou l'on affecte les mitrailleuses, et encore c'est un choix seulement si une meme tourelle a plusieurs cibles possibles, ou encore quand on déplace les personnages a l'intérieur de l'avion pour remplacer ceux qui sont HS (mais c'est assez limite dans la pratique)…

 

Dit comme ça, sur le papier, jouer a B-17 semble donc revenir a passer un sale moment (c'est d'ailleurs toute l'idée, les équipages passaient un très tres sale moment et le jeu ne cherche pas a présenter les choses différemment  ou a donner au joueur des ressources et des options que les escadrilles de B-17 n'avaient pas) mais, je ne sais pas pourquoi, peut être grâce au thème, a la qualite de la recherche qui est apparente dans la conception du jeu… Je trouve ça très bien.

 

Ludiquement, c'est faible, stratégiquement c'est inexistant, cote matériel de jeu c'est, bien sur, très date mais, pourtant, il se passe quelque chose… C'est génial.  C'est une legende.

 

 

Petit exemple de partie : la première (et, hélas, dernière) mission du bombardier UMPS-12 "Hope" 

 

- Aux commandes, un equipage de grande qualité :

 

Pilote : Nicolas S

 

Co-pilote : Francois H

 

Navigateur : Francois B (une position délicate car il a accès aux mitrailleuses avant droite et avant gauche mais ne peut en utiliser qu'une seule a la fois… Que choisir ?)

 

Bombardier (tourelle avant) : Jean-Luc (sans lui pas de bombardement possible : il est l'homme-clef !)

 

Ingenieur (tourelle dorsale) : Eva (remplaçante prioritaire aux commandes si le pilote et le co-pilote sont HS)

 

Radio : Marine (qui a aussi accès a la mitrailleuse dorsale)

 

Tourelle ventrale : Jacques

 

Mitrailleur gauche : Philippe

 

Mitrailleur droit : Nicolas D

 

Mitrailleur arrière : Nathalie

 

- Objectif : un aérodrome a Amiens (en zone 3)

 

- Placement de UMPS-12 : en milieu d'escadrille (bien !) mais celle-ci étant a basse altitude (aie !)

 

- Decollage, passage en zone 1 : no problem, il fait beau, les oiseaux chantent, moral au beau fixe, chants patriotiques a volonté 

 

- passage en zone 2 : UMPS-12 est attaque par un trio de Messerschmitt 109. La chasse US réussit a en repousser 2 mais le 3e parvient a portee de tir ! Francois B tente de le dégommer mais echoue lamentablement (comme toujours…) Heureusement, le Me 109 ne fait que des degats superficiels au fuselage avant d'être a son tour repousse par les appareils de l'escorte (défense de niveau moyen mais très bon jet, l'avantage de n'être encore qu'en zone 2 compensant un peu le très mauvais placement de UMPS-12 dans la formation)

 

- passage en zone 3, nous voici deja sur l'objectif ! Un temps absolument pourri  empêche la flak de nous voir mais nous empêche aussi de voir la cible… Miraculeusement, aucun chasseur allemand n'arrive a portee de tir. Les bombes tombent… Quelque part. Pourcentage de coups au but : 0%… Si ça se trouve nous avons rase la cathédrale...

 

- début du vol retour, toujours en zone 3. C'est la que ça part en sucette avec d'abord une vague de 5 FW 190. L'horreur. L'escorte ne fait rien, toutes les mitrailleuses du B-17 ratent leurs cibles. UMPS-12 est réduit a l'état de passoire, la tourelle arrière est détruite, le système de chauffage de Nathalie est endommage, dans la salle de radio Marine encaisse une balle (blessure grave), le moteur No3 est détruit… 3 des 5 FW 10 reviennent pour un 2eme service, a nouveau toutes les mitrailleuses ratent …et tous les Fw aussi… Un messerschmitt solitaire tente sa chance aussi mais avant qu'il n'ait pu tirer il est endommage par les tirs concentres du front Jean-Luc + Eva et empeche de tirer. Ouf !

 

- retour en zone 2, on y est presque !

 

Et la, le drame : UMPS-12 est embusque par 2 Me 109 et un Me 110 qui arrive par en-dessous dans un angle mort ! L'escorte a du s'endormir ou partir jouer aux billes et le tir défensif, cette fois-ci, ne vaut pas mieux. Le Me 110 arrose copieusement tout l'avant du B-17. Nicolas S, Francois H et Jean-Luc sont grièvement blesses, Francois B s'en sort avec une blessure legere.  L'avion étant désormais sans pilote ni co-pilote, Eva descend de la tourelle dorsale pour remplacer Nicolas  aux commandes. Elle n'a jamais fait ça, c'est assez mal parti, on entend des malédictions en viking dans le cockpit. Au moins avec les trous de balles partout il y a une bonne aération, ça calme les esprits. 

 

Le Me 110 refait un passage sans faire beaucoup plus de degats mais "Hope" est désormais prive de sa mitrailleuse avant, de sa tourelle arrière et de sa précieuse tourelle dorsale (bitube ! 360 degrés !) ainsi que de la mitrailleuse de la salle de radio depuis que Marine a déguste un gros pruneau. Il n'y a plus rien a opposer au Me 110 qui revient pour un 3e round …Et se rate lamentablement. Montjoie ! Saint-Denis ! 

 

- revoilà la zone 1, moment de verite ! Il faut encore atterrir mais l'avion est dans un sale état et la moitié de l'équipage est HS, y compris les chefs, ça sent le sapin… Il fait beau, certes, mais Eva n'est pas très sure d'elle aux commandes, sur le fond, les avions, avec le carbone, tout ca, ce n'es pas son truc… Le jet se fait sur 2d6… Et elle a un malus de -11 (je n'invente pas ! En 1983 on pouvait faire une table sur 2d6 et donner serieusement des malus de -11)…

 

Resultat modifie -8, UMPS-12 s'écrase a l'atterrissage et tout l'équipage est tue.

 

- Bilan des courses : 0% de bombes sur la cible, 0 chasseurs abattus, 100% de l'equipage tue, l'avion irrecuperable… C'est la defaite absolue.

 

Better luck next time ? Il va en falloir, c'était juste la mission 1, le but etant de survivre a 25 missions avec des objectifs de plus en plus lointains…  

 

Quel jeu ! On en fait plus des comme ca, ma bonne dame ! Maintenant c'est des trucs de petits joueurs ou il n'y a pas de nazis, on compte des points et on bouge des petits cubes en bois ! Crenom ! 

 

Publié dans Jeux de plateau

Commenter cet article