Battlestar Galactica : portraits (13)

Publié le par Ue-Sama

Avant derniere etape, avec du gros qui tache...

Gaius Baltar


« Oooooohhh, docteur Baltaaaaaaaaar… ! » (son fan club)


« Ce Gaius, quel sacré baltar ! » (ses détracteurs)


Non, Gaius Baltar ne fait pas l’unanimité.












...Et pourtant il s’en sort toujours. Il survit a tout. Il traverse toute la série… Et il termine en un seul morceau sur Terre, en ayant récupéré Caprica Six   - et comme en plus il s’y connait en agriculture, je ne doute pas qu’il finira empereur du maïs ou de la patate.


Ah, oui, et au passage il a bien dû culbuter la moitié de la flotte coloniale et de la flotte cylon.

Il est génial.


Gaius commence la série adulé par les foules et respecté par les élites, Adama compris, en tant que savant le plus réputé des  12 colonies. Il trahit accidentellement l’humanité, sans même savoir qu’il va permettre l’attaque des cylons, simplement parce qu’il a envie de faire zizipanpan avec cette grande blonde qui travaille apparemment pour une société d’informatique... (Il faudra quand même attendre la 4e saison pour qu’il soit démasqué, et même là il s’en sortira sans rien ou presque  - bon, OK, Roslin lui fait passer un sale quart d’heure mais bon, p[our un gars responsable de genocide, il s'en tire bien...) Devenu le scientifique officiel du Galactica, il développe le fameux détecteur de cylon, qu’il oubliera par la suite de faire fonctionner mais bon, il avait mieux à faire… Après une rapide montée en puissance politique, qui nous montre bien que d’une part il n’y a pas besoin d’y connaitre quoi que ce soit pour réussir dans le domaine, et que, d’autre part, les gens font confiance spontanément aux scientifiques, Gaius se retrouve président (!) sur New Caprica. Président, c’est beaucoup dire, car sa principale activité consiste à boire des coups et à culbuter les stagiaires. Malgré son évidente inefficacité et sa position de collabo avec l’occupant, il s’en sort tout de même, se retrouve à monter un harem sur une Basestar cylon, Incluant D'Anna, qui l'avait pourtant bien torture...), est recapturé par la flotte coloniale, jugé pour trahison, acquitté (il est très fort, je vous dis), libéré  …et il remonte un harem sur Galactica, en se transformant en espèce de gourou new age apôtre du monothéisme. Il réussira encore à persuader Adama de lui donner des fusils, des gros, pour armer ses suivantes, à se retrouver sur le Galactica pour la bataille finale, à y survivre et à atteindre la Terre.


Qui donc est Gaius Baltar, ce hero au sourire si doux ?


« Vous êtes le Docteur Gaius Baltar ? »  Helo

« Je n’ai rien fait ! »  Gaius


Trois traits dominent le caractère de Gaius :


Il est lâche


Il ne pense qu’à son propre intérêt


Il est obsédé de la braguette


Je passe sur les exemples, il suffit de voir la série 5 minutes, épisode au choix, pour comprendre.


En un sens, c’est comme Tigh, une personnalité claire, sauf qu’à la différence de Tigh, Gaius a beaucoup de mal à admettre tout ça. C’est le travail de son ange gardien, qui prend l’apparence de Caprica Six, de le guider sur la bonne voie, avec une alternance de carotte et de bâton, et avec sans doute, quelques détours en route. A la différence de Tigh, qui reste Tigh du premier au dernier jour, Gaius évolue durant la série. Il découvre la foi (OK, il en rajoute beaucoup dans sa phase « gourou », histoire de garder son harem de foldingues, mais fondamentalement je crois qu’il devient assez croyant), il se soucie des autres (c’est bien le seul personnage que l’on voir s’intéresser au sort des civils parqués à bord de Galactica), il s’engage lors de la bataille finale du Galactica…


Quelques moments de mystère et d’anthologie du grand Baltar :


Gaius et la bombe qui fait boum


Pour moi, le grand moment de mystère dans la trajectoire de Gaius… Sur la suggestion de son ange gardien, il réussit à persuader Adama de lui donner une ogive nucléaire. Rien que ça. Et une fois arrivé à New Caprica, il l’offre a Gina qui s’empresse de la faire sauter et de vaporiser un maximum de gens. Mieux, les radiations de l’explosion permettent aux cylons de repérer la flotte et de débarquer sur New Caprica.

Question : pourquoi Gaius a-t’il offert cette bombe à Gina ? Si dieu est amour et que son ange guide Gaius, pourquoi l’avoir incité à se faire confier cette arme ? Si dieu est omniscient, il devait en plus savoir - ou vouloir ? -  que Gaius allait la refiler a Gina… A quoi ,ca rime ? Dieu voulait-il que les cylons retrouvent la flotte coloniale ? Voulait-il tenter l’expérience New Caprica ?

 

Gaius se sent bien seul

OK, Gaius a été le président collabo de l’espèce humaine lors de l’occupation de New Caprica par les Cylons. Pour sa défense, je dois dire qu’il n’avait pas d’autre choix. Il n’y avait plus de forces armées humaines sur New Caprica, la flotte, sous le commandement des Adama, ayant décidé de tirer sa révérence quand les cylons ont débarqué, donc pas de résistance ouverte possible. Et il avait un flingue pointé sur la tempe, ce qui n’aide pas beaucoup. Il aurait peut être pu passer quelques infos à la résistance mais dans sa position je doute qu’il aurait pu le faire discrètement. Heureusement que pour ça, il y avait ce pauvre Gaeta. Pour le coup, je ne donne pas 100% tort à Gaius, mais je ne pensais quand même pas qu’il serait acquitté.

 

Gaius, ange gardien


Et oui, ange gardien, car l’air de rien il sauve trois fois la vie d’Hera, et donc l’avenir de l’humanité, et des cylons également :

Sur Galactica, quand il révèle à cette givrée de Roslin que le sang d’Hera pourrait neutraliser son cancer

Sur New Caprica, quand il recueille Hera après la fuite des coloniaux et la remet à D’Anna

Sur Galactica, lors du combat final

Heureusement qu'on avait Gaius...

Quand on pense que le gars passe toute la serie a se demander s'il est fou ou s'il a des visions (ou s'il est un cylon...) et qu'il arrive a faire tout ca... Il faut vraiment que je le joue lors de la prochaine partie de BSG: TBG ! Baltar for the win !


Dernier portrait : Sharon et Sharon, les clones ennemies

Publié dans Ma cinematheque

Commenter cet article

Pierre2.0 14/08/2009 10:54

Vous avez une certaine fascination pour les personnages torturés vlaitre.Lors de la prochaine partie, vous finirez en cellule!Baltar est une sorte d'icône de la série, je dirai avant tout que c'est un opportuniste. Il ne maitrise pas vraiment ce qui lui arrive, il est toujours surpris par ce qui se passe autour de lui, mais dès qu'il a une occasion favorable, il saute dessus (que ce soit une femme ou un autre genre d'occasion).Ca en fait un client idéal pour un Dieu d'amour, qui a décidé qu'il ne pouvait pas forcer les humains car ils ont leur "LIBRE ARBITRE", mais qui peut tendre la perche avec 100% de réussite à un Baltar. Je dirai que c'est la marionnette de Dieu.Je m'attendais quand même à d'autres portraits :- les modèles 6, y'a quand même du grain à moudre, surtout après avoir vu Razor- Le Cylon méca : il est quand même très présent. Pas très fin, mais lui aussi il est quand même férocement ancré dans le message de Dieu.

Ue-Sama 14/08/2009 12:47


C'est clair, Blaitre, je m'interesse surtout aux tortures, donc clairement Baltar et Boomer...

Je suis presque decu que les auteurs ne soient pas alles plus loin avec Baltar. C'etait bien parti pour en faire une sorte de Jesus de Galactica, prechant la bonne parole (du dieu unique des
cylons), trahi par son disciple (Paula...) et crucifie (par les cylons ou par Adama, au choix). Ils avaient meme la blessure au cote, que Roslin avait failli utiliser pour l'achever. Tout etait en
place, en un sens, et finalement, non...

J'ai oublie de mentionner qu'au final, c'est le speech de Gaius qui convainct Cavil d'arreter le combat et de faire un deal avec les final five. Un deal qui tourne court, mais bon, l'intention y
etait. Une fois de plus Gaius sauve le monde !

Pour ce qui est des autres portraits, franchement, sur No6, je suis sec. Si tu as quelque chose, je suis TRES preneur. Je pensais aussi faire Tom Zarek mais helas je n'ai pas grand chose  -
j'y reviendrai sans doute plus tard mais si tu as des idees je serais ravi de les passer en articles, quel que soit le personnage.