40K : LA MORSURE (1)

Publié le par Ue-Sama

L’inconscient collectif et l’Histoire Imperiale, telle que nous la rapporte l’Administratum de Terra, associent souvent, et a juste titre, la gloire du Remede et l’infamie de la Eldar Connection, sa pire ennemie. Le Remede a cependant affronte de nombreux autres adversaires au fil des annees, certains tombes dans l’oublie après une extermination bien justifiee, d’autres toujours actifs, helas, mais, en tout cas, tous differents et reunis seulement par leur desir pervers de detruire l’Oeuvre Imperiale.

 

Chroniqueur de la legend du Remede, je m’aventure aujourd’hui une fois de plus loin de la Lumiere de l’Astronomican pour presenter a mes honorables lecteurs un des pires parmi ces abjects ennemis de l’Empire…

 

 

“Il m’a mordu les saintes parties, Frere-Capitaine, ca fait super mal !”

Frere Chevalier Manekenpiss, 3e Compagnie, Chevaliers Gris, Siege de la forteresse de Khalmar

 

“Eeeeuuuurrrgghhh…”

Garde Imperial matricule 1125652453, campagne de purification de Malbarey, Jour 1

 

“Eeeeuuuurrrgghhh…”

Garde Imperial matricule 1125842832, campagne de purification de Malbarey, Jour 86

 

 

Le Magos Adolphus Etraski, emissaire sacre de l’Ordo Mechanicus et responsable supreme des fouilles de Malbarey II, peinait a s’arracher a son ecran visualiseur.

 

L’antique machine n’offrait qu’une mediocre resolution mais meme ainsi le spectacle etait stupefiant. Hallucinant. Les sens du Magos, blases par des siecles d’experiences dangereuses et exotiques jusqu’au-dela de l’espace imperial, revenaient douloureusement a la vie face a un tel mélange de violence animale et de beaute envoutante, porte par une musique extatique que rien n’avait su egaler en plus de 40 000 ans. Etraski etait cloue a son siege. “Voici donc comment vivaient nos ancetres… Pas a dire, ils savaient s’amuser, ca formait mieux la jeunesse qu’un stage longue duree dans la Death Korp de Krieg…” meditait le techno-pretre imperial, aux limites de l’heresie mais trop envoute pour s’en rendre compte.

 

La qualite d’image etait certes pathetique mais cette machine etait la seule, parmi celles recuperees par l’Adeptus Mechanicus, encore en etat de marche et capable de lire les receptacles de donnees des archives secretes du Hierarque de Malbarey. L’Empereur seul savait ou le tyran secessioniste avait recupere de telles antiquites… Etraski lui-meme n’avait jamais rien vu de pareil. Les donnees etaient gravees sur d’encombrants disques et ceux-ci etaient lus par un laser. Un laser… Le Magos s’emerveillait, non, s’horrifiait, de decouvrir une application non-militaire de cette technologie. En meme temps, si la societe de l’epoque ressemblait vraiment a celle presentee par le disque, un hangar entier de fusils laser aurait alors ete bien peu utile. L’Humanite d’alors mettait ailleurs ses priorites...

 

Quoi qu’il en soit, maintenant que le Remede et les Ultramarines etaient venus a bout du traitre Hierarque et avaient libere le systeme planetaire Malbarey, il revenait a la delegation de l’Adeptus Mechanicus de fouiller et de cataloguer les collections du renegat, et notamment de recuperer dans ses archives tous documents porteurs de corruption et de perversite. Le Magos disposait pour ce faire de 2 assistants semi-lobotomises, d’un ingenieur squat recrute dans une agence d’interim pour pilotes de chars et d’une grosse boite de post-it “Attention : Heresie !” orange fluo oubliee par le Remede... Les budgets etaient en baisse depuis l’invasion des mines de Pochtronn III par la Eldar Connection, maudit soit son nom !

 

D’un effort mental aux limites du surhumain, le Magos detourna son regard de l’ecran tentateur. Son chronometre lui indiquait qu’il venait de regarder 3 fois de suite l’ensemble des contenus du disque. Dans son esprit, seules 10 minutes s’etaient ecoulees mais en fait cela faisait déjà 4h30 qu’il fremissait en contemplant ces images qui avaient traverse les millenaires... ! “L’Empereur protégé !” marmonna-t’il.

 

Ce n’etait cependant pas la gene de prendre du retard dans la sainte tache que lui avait confiee l’Empereur qui l’avait ramene au present. C’etait le cri strident du systeme d’alarme du bunker souterrain du Hierarque. Au vacarme epouvantable s’ajoutait etrangement un sentiment de vide, de manque… Le bruit constant de la foreuse de l’Adeptus mechanicus, a l’oeuvre depuis 2 jours dans les foundations du complexe fortifie, s’etait arrête, et les vibrations de l’imposant engin de plastacier et de ceramite ne secouaient plus les couloirs du bunker. Ce qui avait interrompu les travaux devait avoir declenche l’alarme...

 

A suivre

Publié dans Jeux de figurines

Commenter cet article